Superman, pas si super (?)

Publié le 20 Juin 2013

Superman, pas si super (?)

Au panthéon de tous les super-héros, Superman est le plus grand et le plus noble de tous. Mais pourtant au cinéma ce fut loin d’être le cas. Snyder à la réalisation, Nolan à la production on aurait pu croire que la malédiction de Kal-El était terminée. C’est la cas.

Le film dans le fond est très bon. Dans sa forme beaucoup moins. Explications.

On commence par une ouverture sur Krypton, planète magnifique aux décors somptueux. Le film respecte particulièrement bien une idée des Kryptoniens : sur leur planète, exposée à un soleil rouge, ils n’ont aucun pouvoir. Le fait d’avoir respecté ça, est honorable seulement, ça « bride » le début qui est d’entrée de jeu endiablé. Le problème avec ce rythme c’est qu’il tourne à l’hyperactivité, alors qu’une planète qui explose, des parents qui abandonne leur enfant sur Terre pour le sauver, c’est tragique. Et c’est précisément ce qu’il manque à ce film, le côté tragique qui suit Superman. Ici, c’est action, action, action. Dommage. De ce fait la quête –très intéressante- de Clark pour savoir qui il est exactement à travers notre monde où il est bien perdu, n’a pas l’impact désiré. Surtout dans la mesure où les bandes-annonces se voulaient tragiques PUIS épiques. Le ton entre les bande-annonces et le film en lui-même sont radicalement différents, du coup, on accroche moins.

Superman, pas si super (?)

Un autre gros défaut qui empêche de savourer le film, Zack Snyder a lui-même avouer qu’il adorait comment le film Batman Begins se construisait, avec le système des flash-blacks. Le problème, c’est que Batman n’est qu’un homme et que son histoire est plus facile à maîtrisée que celle d’un extra-terrestre. Ce fait se confirme encore plus quand Christopher Nolan est un spécialiste de ce genre d’histoire, mais pas Snyder, qui est plus habitué à des histoire « linéaires », qui se déroule au fur et à mesure (donc pas de flash-backs). Là où Batman Begins brillait par son scénario c’était le fait que les flashbacks avaient leur histoire, ils se suivaient entre eux, et où l’histoire se déroulant dans le présent continuait son cours. Dans Man of Steel, les flash backs n’ont presque qu’aucun lien en commun si ce n’est le personnage. Il y a des flash antérieurs à d’autres qui sont diffusés après, des flash postérieurs aux uns qui sont diffusés avant…etc. C’est compliqué, non? ET bien le film s’en mêle lui aussi les pinceaux de temps à autres, malheureusement. Par ailleurs, on peut parfaitement penser que le film a été écrit de façon à être conter de manière linéaire et non avec le système de flash-backs, car par moment le tout semble désordonné. Et c’est là le principal point noir du film. Ces flash-backs brisent le rythme du film, et lui donne une allure bancale. Le résultat est qu’on a l’impression que Kal-El met la cape à 45 minutes du film, mais l’utilise une heure plus tard.

Maintenant, parlons de la bande-dessinée, David S.Goyer l’a confirmé il a voulu s’écarter de la planche. Par moment c’est bien pensé, mais d’autres cela relève de l’hérésie. Notamment pour le combat final qui est très impressionnant et parfois abusé, mais paradoxalement mal rythmé et trop long. Lors de cet affrontement face à Zod, l’essence même de Superman est oubliée : il ne vit pas pour faire la guerre, ce n’est pas un guerrier, son objectif est de sauver l’homme. Cette condition n’est respectée qu’à la toute fin, où l’on découvre enfin que la vraie faiblesse Superman n’est pas la Kryptonite, mais les hommes. Il s’est attaché à eux. Et pourtant il ne sauve aucune vie humaine. Il s’acharne à se battre et ne cherche même pas à éloigner le combat des humains. Le pire est encore le fait qu’il tue sans scrupule etj’enaidéjàtropdit. Le respect du personnage comme dans Batman, c’est déjà bien loin. Surtout que Superman doit être plus lumineux que le chevalier de Gotham. À la fin, on ne fait pas la différence…

Superman, pas si super (?)

D’ailleurs, un autre –léger- problème, à la fin du film, Kal-El devient humain, il devient Clark Kent, en plus d’avoir déjà accepté ses origines extra-terrestre. C’est très agréable à voir. On aurait tout de même préféré, qu’à la fin du film le personnage, devienne à la fois Clark Kent, mais SURTOUT, Superman, qu’il devienne un vrai héros. Son apogée est pendant le combat face à son ennemi et non après… Dommage.

D’un point de vue plus technique, la chose la plus marquante est que Zack Snyder n’as pas fait des plans incroyables comme dans Sucker Punch, et c’est ce qui manque cruellement lorsdes passages dans les airs. Mis à part quelques très agréables à voir quand l’homme d’acier s’envole rien de bien fou qui puisse nous faire décoller. On remarquera également les zooms omniprésents qui deviennent vite gênants, même si certains donnent un style. Là, où Snyder est fidèle à lui-même c’est sûr l’étalonnage. Les couleurs, les images sont magnifiques et sublimes. Et avec les effets spéciaux, c’est juste à voir, à contempler et à admirer.

Pour la musique, Hans Zimmer a sorti du lourd, mais à certains moment où le film se veut épique, dantesque, il manque quelque chose à la musique. En plus clair, les images de Snyder sont très titanesque, mais la musique de Zimmer n’arrive à s’élever autant que les images. Par conséquent, on a l’impression que le film a cet aspect hyperactif, et non celui de noblesse et grandeur qu’il fallait pour présenter Superman.

De plus, le monteur a honteusement abusé du thème de Man of Steel à chaque moment émotion (en particulier quand Clark est enfant). À la cinquième fois, c’est juste rageant et pourtant c’est une musique au piano.

Pour ce qui est des acteurs, Cavill est bluffant. Cavill est Superman. Même si ce n’est pas un rôle simple à jouer, le Britannique s’en sort très bien. Son jeu est très bon. Amy Admas incarne une Lois Lane avec talent bien que le rôle soit un peu au second plan. Russel Crowe en Jor-El est majestueux, il ne lui manquerait plus que les pouvoirs. Et Zod est magique, impressionnant et intimidant. C’est rare de voir un méchant qui est vraiment motivé. Ici, Zod n’est pas un méchant à proprement parler, il cherche à défendre les intérêts de son peuple. Et on le comprend. Mention spéciale à l’interprête de Faora, le personnage est dément et l’actrice l’est aussi. Elle crève l’écran.

Ajoutons à ça les superbes armures et costumes que portent les personnages, on se croirait dans un film sur els croisades, et ce n’est pas déplaisant.

Aucuns mauvais acteurs à signaler donc, même pas la VF à critiquer de véritables efforts ont été fournis, et ce n’en est que plus agréable.

Superman, pas si super (?)

Pour finir, je dirai qu’à la manière d’un Mass Effect, ou d’un Star Wars, la création échappera toujours à son créateur, il ne pourra jamais la contrôler. Et plus la création est grande et complexe, plus elle est difficile à gérer. Pour Man of Steel, c’est également le cas. Le film en raconte trop en trop peu de temps et l’utilisation de flash-backs est louables mais Snyder a voulu dépasser son maître, Nolan. Malheureusement pour lui, le film est déjà trop dense et complexes pour mettre en place ce système de trame scénaristiques.

Nul doute qu’il s’agit là d’un des films les plus ambitieux de son époque, pas forcément réussi mais la tentative mérite d’être saluée et vue. Même si mon avis est mitigé en tant que fan de la bande-dessinée, Snyder a accompli un exploit transposer l’homme d’acier sur écran de manière crédible et moderne, à travers un film sympathique. Bravo à lui. Ce film, à l'instar des autres du même genre ne se contente de montrer un super-héros. C'est un film d'espoir, espoir avec un grand 'S' de voir un jour DC reprendre sa place dans le cinéma, et ils le peuvent.

Restez donc dans les parages Messieurs Final et SS619 devraient donner leurs avis et nous attendons toujours les vôtres !

Rédigé par Prime999r

Publié dans #Critique cinéma

Repost 0
Commenter cet article

Dragon117 03/07/2013 13:46

Le commandant de Declin finalement est comme le général Zod, il veut juste sauver son espèce ^^
Sinon j'ai lu ta critique après avoir regardé le film et je te trouve peut être un peux dur même si c'est vrai que les Flashback sont mal géré ^^

Prime999r 24/07/2013 01:03

Meuh non, je ne suis pas dur ! Au ciné je ne suis pas difficile à convaincre, c'est juste que ce film possède de très bons atouts qui ne sont pas tous mis en avant et c'est bien dommage. Mais MoS reste un film très plaisant. :)

Et effectivement, je n'avais pas fait le rapprochement avec Déclin .:) Ca veut sûrement dire que je fais du boulot digne d'Hollywood héhéhé !